Opportunistes de Corona-City



  • @Martin Apparemment, non, pas de suites au tracking de compteurs (pour l'instant). Ça ressemble plus à un coup de com' sur Twitter

    Il y a 10 jours, Libération indiquait

    la mairie de Nice explique ne pas avoir eu de retour de la préfecture. Laquelle préfecture de son côté indique n’avoir reçu «aucune demande» de surveillance des résidences secondaires via Enedis. Le gestionnaire du réseau électrique enfin assure qu’il «n’y a pas de contrôle des résidences secondaires»

    Même commentaire chez 20 Minutes, la semaine dernière

    la société Enedis indique de son côté ne pas avoir reçu de demandes en ce sens de la part de maires ou collectivités

    D'après un avocat :

    la possibilité même d’imposer à Enedis de dire si le logement est occupé ou pas, est illégale juridiquement. « Un maire ne peut pas avoir recours à ces données pour contrôler la présence des gens, même l’Etat ne peut pas le faire. Seul un juge le pourrait, mais il faudrait caractériser une infraction pénale grave et que je sache il n’y a pas eu d’interdiction formelle ou une règle claire qui interdit de se rendre chez soi dans sa résidence secondaire », indique Maître Christophe Lèguevaques.

    D'après le secrétaire général de la CGT énergie 06 :

    cette initiative relèverait « d’une validation de la CNIL et [...] cette mission serait alors une prérogative d’agents assermentés de la sécurité nationale. »

    Mais ça ne veut pas dire que ce ne soit pas techniquement possible :

    « Le raisonnement du maire de Nice ne vaut rien en droit, il n’y a pas de support textuel pour rendre valable l’espionnage, mais cela montre que matériellement Linky peut être détourné de son usage et utiliser à d’autres fins que le comptage de la consommation »

    Par contre, il est possible de ne pas donner ou de retirer son consentement à la collecte de la courbe de charge et à la communication à des tiers de données, de manifester son opposition au stockage des données locales dans le compteur, et de demander l'effacement des données précédemment collectées. Si un jour ils passaient en force et se mettaient à tout récupérer en masse, ils n'auraient au moins pas (ou moins) d'historique à se mettre sous la dent...

    Sources :



  • Oki, merci. Après ça donne aussi des idées sur ce qui est dans la tête d'Estrosi. Faut qu'on arrive à se faire un genre d'alerte sur les projets et délibs de la ville de Nice et de la Région Sud pour suivre un peu... au cas où



  • @Martin a dit dans Opportunistes de Corona-City :

    Oki, merci. Après ça donne aussi des idées sur ce qui est dans la tête d'Estrosi. Faut qu'on arrive à se faire un genre d'alerte sur les projets et délibs de la ville de Nice et de la Région Sud pour suivre un peu... au cas où

    Hey hey, je suis on it pour des petits trucs d'automatisation en plus des alertes. Je rajoute Nice à mettre en priorité;-)



  • merci pour les infos @0x !


  • Marseille



  • Et en plus maintenant les opportunistes se regroupent ! Le "collectif CoData" rassemblant une cinquantaine d'entreprises propose "un appui opérationnel et bénévole pour développer des solutions concrètes utilisant la data et l'IA afin d'aider les acteurs qui luttent chaque jour contre l'épidémie du Covid-19 et ses impacts"
    ("bénévole" au sens où les GAFAM sont "gratuits" sans doute...)

    Leur démarche présentée sur leur site :

    • Sélectionner les chantiers à mener en priorité, en coordination avec le CARE ainsi que le Secrétariat d’Etat au Numérique pour définir le cadre des opérations et appuyer leur exécution - en particulier en matière d’accès aux sources de données pertinentes.
    • Réunir, organiser et piloter les équipes pluridisciplinaires pour concevoir et développer les applications prioritaires, avec unité de lieu, mixité des profils, temps dédié.
    • Développer les applications d’analyse de ces données dans un environnement technologique validé par l’Etat. Notamment, l’utilisation du “Health Data Hub”, plateforme des données de santé de l’Etat pourra constituer un accélérateur.
    • Déployer les applications et les améliorer en continu en partageant les enseignements avec les acteurs publics (comme par exemple des mesures d’impact social de certaines mesures).

    Au programmes des "applications prioritaires" : "détection précoce des marqueurs de sévérité de Covid-19", "amélioration de l’algorithme décisionnel des samu centre 15", "Modèle de propagation du Covid19 pour la sortie de confinement", "application pour l’éducation nationale", "dashboard de détection de recrudescence du risque sanitaire"
    Certains sont déjà impliqués dans d'autres projets (le fournisseur d'IA de traitement des appels Allo-Media avec le bot de la SNCF par exemple).

    Pour l'instant cependant, pas de réaction officielle à ma connaissance.

    Leur site : https://www.collectif-codata.fr/
    Un article : https://mydatacompany.fr/des-acteurs-francais-de-la-data-et-de-lia-sunissent-face-au-covid-19/
    Leur GitHub : https://github.com/collectif-codata


Log in to reply