RedLab - contrôler le port du masque au sein du réseau de bus et de métros de l’agglomération rouennaise ainsi que les Zénith de Caen et de Rouen



  • vu dans cet article du figaro du 17 juillet "Comment la technologie française peut contrôler le port du masque obligatoire"

    Comment dès lors contrôler que des milliers d’individus respectent ou non la consigne? Plusieurs start-up françaises ont développé des solutions, qui ont commencé à être testées.
    Certaines entreprises ont élaboré des outils qui nécessitent l’utilisation de caméras. Un logiciel est installé et détecte, grâce à l’intelligence artificielle, les visages masqués. «Il ne s’agit pas de reconnaissance faciale. On reconnaît simplement la forme humaine derrière le masque, mais nous n’avons pas accès à l’identité des personnes filmées», explique Virginie Ducable, chef de projet au sein de RedLab, une start-up normande qui propose ce type de solution. Aucune image n’est stockée sur des serveurs, seules les données statistiques sont envoyées au client. «Ces statistiques pourront leur servir de manière concrète. [...] RedLab affirme de son côté que son outil sera testé en août au sein du réseau de bus et de métros de l’agglomération rouennaise. La SNCF, plusieurs établissements de santé, ainsi que les Zénith de Caen et de Rouen sont également intéressés.



  • @mosieurj

    sur RedLab (https://www.redlab.io/) :

    L’accueil du public n’est pas unanime parmi les usagers rencontrés par notre équipe de reportage. Certains ne voient aucun danger tant ils estiment déjà être localisés en permanence à cause de leur téléphone portable. Pour d’autres, l’inquiétude est réelle.

    "projet NEURO.A basé sur l’intelligence artificielle" avec pour ambition de permettre aux entreprises (et par extension aux collectivités, aux marchés, aux mairies...) « Nous pouvons mettre en œuvre un scan de zones complètes (lieux privés ou publics), l’automatisation de la détection du port du masque par reconnaissance de formes humanoïdes avec objet (ici le port du masque), le suivi en temps réel de l’évolution du non-port du masque par emplacement géographique », annonce le créateur de REDLab, Yassir Karroute.
    La jeune entreprise a imaginé une solution « 100% plug-and-play » se greffant sur les réseaux de caméras déjà existants, mais il est également possible d’installer des caméras supplémentaires. « Il n’y a pas de stockage de données, pas de modèle individualisé, mais le respect de la vie privée (pas d’utilisation de données individuelles) », assure par ailleurs le dirigeant. L’idée n’est évidemment pas un « flicage » mais de fournir aux utilisateurs des informations sur ce qui est observé : « par exemple le port du masque ou non sur un quai, en fonction de l’heure, avant d’embarquer dans une gare, un bus, avant d’entrer dans un lieu public... », illustre le dirigeant.[...] REDLab a sollicité la RATP, Transdev, échange avec le milieu hospitalier, avec des Ehpad pour des points de contrôle de température, en association avec de la reconnaissance faciale. L’entreprise se montre aussi solidaire, avec une mise à disposition gratuite de sa solution pendant trois mois. Créée en 2017, elle compte vingt collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 1 M€.

    « Et puis, ajoute-t-il, si le cadre légal le permettait, nous pourrions grâce à la reconnaissance faciale retrouver un enfant qui se perd dans un grand parc de loisirs avec une simple photo sur un smartphone. »



  • C'est un Datakalab 2.0... Je pensais que les entreprises avaient abandonné le détection de port de masque après l'échec de Cannes et Châtelet...
    J'ai ouvert une fiche sur le carré pour mettre les infos au propre et publier sur le site technopolice après, n'hésite pas à écrire/compléter etc et merci pour la veille @mosieurj !
    Tu penses que c'est la même entreprise qui installe de "vidéosurveillance intelligente" dans les bus ?



  • Dans https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/comment-la-technologie-francaise-peut-controler-le-port-du-masque-obligatoire-20200717
    « Alors que les caméras suscitent de nombreuses craintes, une autre technologie est elle aussi à l’étude: la technologie lidar. Celle-ci émet un faisceau laser qui permet, comme un radar, d’analyser les formes, notamment celles des masques, par ricochet des ondes émises. Ainsi, les visages ne peuvent pas non plus être reconnus. Spécialisée dans «l’intelligence spatiale», la start-up Outsight a su convaincre ADP de déployer cette technologie dans un terminal de l’aéroport de Roissy. Un moyen pour ADP de savoir avec précision à quel point les usagers respectent le port du masque ou la distanciation sociale. »

    Toujours plus...



  • @mosieurj
    des infos sur le projet Neuroo
    https://www.linkedin.com/organization-guest/company/neuroo
    Il existe aujourd’hui des solutions techniques éprouvées qui permettent la digitalisation des processus de sensation grâce à une multitudes de capteurs physiques. Cependant, le traitement intelligent des données collectées durant ce processus reste complexe. Cette complexité réside principalement dans la traduction de la sensation vers la perception, à savoir son recueil et traitement. La perception est principalement liée aux mécanismes de cognition ou l'apprentissage joue un rôle majeur.
    L'apprentissage machine répond à la question de savoir comment construire des systèmes informatiques qui s'améliorent automatiquement grâce à l'expérience.

    https://www.neuroo.ai/
    Notre solution de détection de port du masque permet un suivi en temps réel des directives sanitaires en trois étapes :
    - Récupération des flux vidéo de zones complètes (gares, espaces publics, points d’accès aux sites...)
    - Détection du non-port du masque et déclenchement d’alertes
    - Suivi en temps réel de l’évolution du non-port du masque par zone géographique et plage horaire*
    Avec, à la clé, une sécurisation de l’ensemble de la structure contre une deuxième vague potentielle en assurant la protection du personnel et de tous les usagers sur site. La consolidations des informations en temps réel permet d’avoir une attitude pro-active dans la sortie de crise grâce à la mise en place rapide d’actions correctives.
    Le traitement des flux vidéo se fait en temps réel et est donc conforme aux normes RGPD, aucune image n’est stockée ou diffusée. Grâce à la mise à disposition d’un tableau de bord, vous pouvez suivre en temps réel les données liées au port du masque par plage horaire ou emplacement. Neuroo est une solution plug-and-play et se greffe sur le réseau de caméras déjà existant. Grâce à des modèles génériques de reconnaissance déjà pré-entraînés, Neuroo est immédiatement fonctionnel dès sa mise en place.


Log in to reply