Two-i offre ses technos pour la pandémie



  • Two-i fondée par Guillaume Cazenave et Julien Trombini (21 employés) met sa technologie à disposition des acteurs étatiques pour lutter contre la propagation du coronavirus. En partenariat avec la société M2M Factory, basée à Vigny (95) et spécialisée dans la sécurité des personnes et des biens, Two-i, veut aider au contrôle du confinement. « Notre technologie est en capacité de repérer les attroupements, ceux qui permet ensuite aux forces de l’ordre de faire de la prévention. Nous mettons nos licences à disposition des centres de sûreté urbaine, en accès libre. Ce n’est pas de la surveillance de masse mais l’outil pourrait permettre de sortir plus rapidement du confinement, en s'assurant qu'il est respecté. Ce qui correspond au souhait de l’extrême majorité des gens », explique Guillaume Cazenave.

    source : https://www.lejournaldesentreprises.com/lorraine/breve/coronavirus-two-i-met-sa-technologie-disposition-des-acteurs-etatiques-489722



  • Whaou que d’enthousiasme pour cette épidémie de la part des entreprises sécuritaires ! Mais je ne comprends pas bien comment ils comptent procéder : Two-I propose de se connecter aux caméras de vidéosurveillance publiques pour repérer les attroupements ?



  • tiens, ils ont même fait une com" spécialisée pour ça : https://www.youtube.com/watch?v=rcKCBBRhidU



  • Olivier Tesquet, auteur d'À la trace, en parle dans cette interview.
    https://www.streetpress.com/sujet/1579625191-reconnaissance-faciale-fichage-generalise-geolocalisation-surveillance-capitalisme-gafa
    +++
    Il y a également l’expérimentation faite par l’entreprise Two-I, qui a proposé à la mairie de Nice de faire des tests de reconnaissance faciale dans le tramway niçois ?

    Oui. C’est l’un des problèmes avec toutes ces expérimentations. Tout se fait à l’échelle des villes qui sont devenues des laboratoires. La commande publique y est contournée par des entreprises qui démarchent elles-mêmes les municipalités et offrent des gadgets. C’est Two-I, une startup messine spécialisée en détection d’émotions, qui va démarcher Nice. Mais ce sont aussi les Américains Cisco qui vont voir la région Sud pour dire : « Si vous voulez, on installe des portiques de reconnaissance faciale à l’entrée des lycées ». Ce que la CNIL a interdit alors que les portiques ont été installés. C’est aussi Huawei qui va offrir des caméras de surveillance à Valenciennes.

    Tout cela est un double contournement. De la commande publique d’abord, parce qu’il y a des marchés réglementés. Et ensuite du débat public, parce qu’à partir du moment où on a un échange de bons procédés de manière discrétionnaire, on est dans un système de contreparties. Car, lorsqu’une entreprise fait un cadeau comme ça, ce n’est pas de la philanthropie. Ils attendent quelque chose en retour. Les villes sont des laboratoires dont les habitants sont des cobayes mais qui ne sont absolument pas consultés.

    Où en est le projet de cette startup messine ?

    Ils ont approché la mairie de Nice et leur ont proposé de détecter les émotions des voyageurs dans les tramways de la ville. Ils prétendaient détecter les émotions des voyageurs pour repérer des suspects potentiels avant qu’ils ne passent à l’acte (le projet est depuis en suspens). Mais quand on sollicitait Nice, personne n’était capable de dire où ça en était. L’entreprise est ravie de communiquer sur l’interface mais dès qu’on veut creuser elle ne peut « entrer dans les détails ». Alors qu’on parle de pouvoir public ! Il faut aller chercher les éléments avec les dents. J’ai appris que cette startup avait signé des contrats avec « le ministère du Bonheur » de Dubaï. En France, ils ont testé leur dispositif au stade de football de Metz. La société n’a pas souhaité communiquer sur ce point. Il était aussi question qu’il soit testé dans un quartier populaire de Nancy, en partenariat avec l’office des HLM, pour évaluer le ressenti des habitants. Ce sont les deux groupes de population qui servent de cobayes aux expérimentations sécuritaires, comme s’ils s’agissaient de corps hors du droit sur lesquels on mesure les effets d’un dispositif avant de le déployer à la « population générale ».



  • N’hésitez pas à compléter la fiche du carré si vous avez le temps/des infos  :)
    https://carre.technopolice.fr/#52900698



  • Coucou, ils continuent à innover... https://twitter.com/Two_i_/status/1252170628272140288


Log in to reply